Batterie de moto : Comment la changer et la nettoyer?


Indispensable organe au bon fonctionnement d’une moto, la batterie permet de stocker et redistribuer l’électricité fournie par l’alternateur. Entrons dans ses entrailles afin de découvrir son fonctionnement, et découvrons les moyens de la préserver, la changer, ou lui redonner une nouvelle jeunesse.

D’où vient la batterie de moto ?

Inventée en 1859 par le Français Gaston Planté, la batterie accumule, grâce à une réaction chimique, l’électricité fournie par l’alternateur qu’elle redistribue ensuite en fonction des besoins, que ce soit pour démarrer ou apporter l’énergie nécessaire pour les phares, clignotants et tous les autres organes fonctionnant à l’aide de l’électricité. L’alternateur génère un courant alternatif grâce à un rotor et un stator. Un aimant passe devant un autre aimant qui lui est fixe, ce qui créait des changements de polarité.

Ce courant est envoyé vers le régulateur qui, comme son nom l’indique, régule ce dernier. Il est ensuite dirigé vers la batterie pour être stocké. S’il existe plusieurs types de batteries, le fonctionnement et la constitution sont équivalents. La batterie doit délivrer volts et ampères. Le voltage sert pour l’éclairage, une alarme, etc. quand les ampères servent pour le démarrage. La capacité d’une batterie est ainsi exprimée en ampère-heure. Par exemple, pour 12 Ah, la batterie est capable de délivrer 12 ampères en une heure.

À l’intérieur, une batterie est constituée de plusieurs accumulateurs reliés en série (voir infographie ci-contre). Chacune produisant 2 volts, il en faut donc six par batterie pour produire les 12 volts nécessaires à une moto. Chaque accumulateur est composé de plaques positives et négatives positionnées en parallèle et en alternance avec trois plaques positives et 4 négatives. Les premières citées sont en pentoxyde de plomb (PB205) et les secondes en plomb (PB). Ces plaques sont plongées dans un mélange dénommé électrolyte, composé d’environ 20 % d’acide sulfurique (H2SO4) et d’environ 80 % d’eau distillée. Pour obtenir la réaction chimique, trois éléments entrent donc en action : le plomb, l’eau et l’acide qui, par interaction, emmagasinent le courant et le font circuler.

L’ensemble est généralement monté dans des bacs en polypropylène (parfois alvéolaires) afin de résister à la chaleur et au froid, ainsi qu’à l’acide. Les anciennes générations de batteries, dites avec entretien, pouvaient être ouvertes notamment pour les remplir d’eau et/ou d’acide. Les nouvelles générations, dites sans entretien, sont, quant à elles, scellées. Ce qui empêche toute intervention. Seuls certains chargeurs offrent la possibilité de leur redonner une seconde jeunesse.

Enfin, certaines batteries sont appelées Gel ou AGM. Elles sont constituées d’acide (et non de gel), incrusté dans un élément ressemblant à du buvard retenant ce dernier en cas d’ouverture et de retournement. Une batterie peut subir trois problèmes liés à sa charge.

Le plus courant : la sulfatation, provoquée par le fait de la laisser se décharger.

Ce phénomène engendre la création de cristaux de sulfate de plomb qui s’accumulent sur les plaques de plomb. À cause de cette couche, la batterie perd en efficacité. Deuxième problème, qui concerne les batteries au calcium cette fois : la stratification. Quand la batterie est à moitié déchargée, des couches se créent à l’intérieur de celle-ci déposant l’acide en bas et l’eau en haut-, entraînant une panne certaine. Enfin, la dessiccation – due au fait de charger votre batterie avec une tension supérieure à celle-ci – fait entrer cette dernière en surcharge, provoquant l’évaporation de l’eau. Les plaques ne baignant plus dans un liquide homogène, le fonctionnement de la batterie s’en trouve altéré. Pour éviter ces dysfonctionnements, l’idéal est de brancher régulièrement votre batterie sur un chargeur.

Nettoyage et changement de la batterie de moto

1. Il existe deux types de batterie, avec ou sans entretien. Les premières sont transparentes et bénéficient de deux témoins (mini et maxi), qu’il faut surveiller. Les batteries sans entretien sont scellées et opaques, elles ne doivent surtout pas être ouvertes.

2. Si les bornes sont oxydées, le courant passe moins bien, ce qui peut empêcher la moto de fonctionner correctement. Pour y remédier, il faut gratter l’oxydation à l’aide d’une brosse métallique pour rétablir un bon passage du courant.

3. Si votre batterie est trop faible pour démarrer, il faut l’aider en la rechargeant. Pour cela, débranchez les cosses qui relient la batterie à la moto à l’aide de la clé de 8 et placez le chargeur à chaque borne + (en rouge) et – (en noir). Branchez ensuite votre chargeur sur secteur jusqu’à ce que la charge soit complète. Si vous utilisez un chargeur de voiture, faites attention à l’intensité qu’il délivre. Elle doit être égale au dixième de la capacité de la batterie. Pour une batterie de 14 ampères, il ne faut pas dépasser 1,4 A. Certains chargeurs (comme celui présenté ici) s’adaptent en fonction de la batterie qu’ils rechargent.

4. Votre batterie est hors d’usage et vous devez la changer. Rien de plus simple. Mis à part certaines motos qui cachent leur batterie dans des endroits improbables (sabot moteur, entre le réservoir et la boîte à air), elle est généralement située sous la selle. Débranchez les cosses et retirez la batterie. Il ne vous reste plus qu’à y placer la nouvelle après l’avoir préalablement rechargée. Apportez ensuite l’ancienne batterie dans une déchetterie ou chez un garagiste pour qu’elle soit recyclée par des professionnels.

5. Si votre batterie se décharge fréquemment, c’est peut-être que votre circuit de charge est défectueux. L’alternateur ne fournit plus de courant à la batterie qui ne se recharge plus. Contrôlez le voltage aux bornes de la batterie avec un multimètre, la tension doit être d’environ 12 volts moteur éteint et d’au moins 13 volts au ralenti. Le voltage doit augmenter lorsqu’on accélère.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *